De Amour et responsabilité à la théologie du corps : continuité ou rupture ?

Père Pascal Ide – Amour et responsabilité parle de l’amour comme volonté de bien, et affirme que le don de soi constitue l’achèvement de cette bien-veillance. Karol Wojtyla butte à deux reprises sur le problème central de la deuxième approche, celui posé par l’incessibilité du moi.

En effet, le don de soi est identiquement un don du soi ; mais le soi ne peut pas être, en même temps et sous le même rapport, ce qui donne et ce qui est donné. Au cœur de la théologie du corps bat une intuition brûlante : la « signification sponsale du corps », autrement dit, le corps appelé à se donner, à répondre au don divin par le don de soi. Les catéchèses sur la théologie du corps identifient-elles celui-ci au don de soi ? Lèvent-elles l’aporie de l’incessibilité soulevée par Amour et responsabilité ?

  • Pour aller plus loin

Retrouvez le texte de cette conférence dans

Yves SEMEN (dir.) Amour humain, amour divin, Le Cerf 2015, p. 41 à 71

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email