Refléter les rythmes du Jardinier divin : la rencontre des religions selon Thomas d’Aquin et Jean-Paul II

2,00

Cet article est une présentation des idées de Thomas d’Aquin et Jean Paul II qui pourraient être prises comme base pour les rencontres interreligieuses. Au début l’auteur présente quelques passages du Docteur Angélique qui doivent être considérés comme des obstacles au dialogue interreligieux, si l’on tient compte de l’esprit de Vatican II. Mais une lecture attentive de l’héritage de l’Aquinate permet de détecter quelques éléments importants qui sont toujours d’actualité et peuvent être considérés comme une sorte de fondement doctrinal pour les rencontres avec ceux qui ne partagent pas la foi chrétienne : la base pour de telles recontres devrait être une forte identité et le respect pour le don surnaturel de la foi, les participants à de telles rencontres devraient faire appel uniquement aux autorités acceptées par l’autre partie. Les propositions de Jean Paul II témoignent de cette convergence fondamentale avec la pensée de l’Aquinate, même si le pape polonais enrichit la vision thomiste par l’idée d’un dialogue intégral, engageant tout l’être humain, inspiré par la philosophie de M. Buber et E. Levinas. La forte identité désirée à la fois par Thomas d’Aquin et Jean Paul II comme condition fondamentale d’une rencontre fructueuse avec les croyants non chrétiens ne peut jouer son rôle approprié que si elle est une identité réellement convertie. Jean Paul II nous a montré à travers de nombreux gestes et actions durant son pontificat ce que devrait être cette conversion de notre identité.

Consultez l’article gratuitement ci-dessous. Télécharger-le en l’ajoutant au panier.

Catégorie :

Vous aimerez peut-être aussi…