L’imago Dei chez St Thomas d’Aquin et chez St Jean-Paul II : contradiction ou dépassement ?

2,00

Pour Thomas d’Aquin, c’est par son âme spirituelle que l’homme peut être dit image de Dieu; celle-ci ne peut se trouver dans le corps humain et sa différence sexuelle. Jean-Paul II, en commentant la Genèse, affirme, lui, un lien particulier entre le corps sexué et la révélation de Dieu-Trinité : le corps sexué est le signe visible de la dimension sponsale, dimension de donation qui caractérise la personne humaine. Par le corps, l’homme comprend plus particulièrement qu’il est appelé à une communion des personnes et rejoint en cela le mystère divin. Cette théologie du corps, rejetant tout dualisme, prolonge ainsi la compréhension philosophique de l’unité substantielle du corps et de l’âme. Elle apporte un regard nouveau sur les exigences morales de l’amour conjugal.

Consultez l’article gratuitement ci-dessous. Télécharger-le en l’ajoutant au panier.

Catégorie :

Vous aimerez peut-être aussi…