La personne et sa destinée. Une réflexion à partir de Romano Guardini et Karol Wojtyła

2,00

Romano Guardini et Karol Wojtyła ont fortement contribué à la pensée personnaliste en mettant en avant la valeur et la dignité propres à la personne. Guardini présente la personne dans sa double relation : à soi-même et à l’autre. D’abord la personne en elle-même prend conscience d’être unique, irremplaçable et permanente. L’auto-appartenance et l’auto-possession font que la personne est le centre de son existence et ne peut jamais être considérée comme un moyen mais seulement comme une fin. Pourtant la personne ne peut pas rester fermée en elle-même, elle doit s’ouvrir à l’autre et ainsi sortir d’elle-même. Cette sortie se réalise dans une rencontre dialogale entre « Je » et « Tu », laquelle, guidée par l’amour et la liberté, devient le lieu de l’accomplissement. Karol Wojtyła complète la pensée de Guardini en affirmant que la personne est un être de don et de communion. Dans sa réflexion il se base surtout sur l’amour conjugal. D’abord il montre que dans la relation interpersonnelle la personne découvre l’autre comme son bien, non pas au sens d’un objet mais dans sa valeur et sa dignité absolue. Ensuite il affirme la place centrale du don qui est le sommet de l’amour réalisé dans la rencontre. Ce don fonde une communion des personnes qui exprime le degré le plus haut de l’union interpersonnelle. La communion des personnes, où l’amour est vécu et partagé, devient le reflet de la vie trinitaire. R. Guardini et K. Wojtyła montrent que la destinée de la personne se trouve dans une rencontre animée par l’amour où le don des personnes devient son expression la plus forte.

Consultez l’article gratuitement ci-dessous. Télécharger-le en l’ajoutant au panier.

Catégorie :

Vous aimerez peut-être aussi…